Archive | décembre 2012

Egypte: les sales méthodes des Frères musulmans

Egypte: les sales méthodes des Frères musulmans | Slate Afrique.

Jusqu’à 3 heures et demie du matin, dimanche 16 décembre, Mostafa El Sayed et ses amis y ont cru.

Dans leur local du centre ville d’Alexandrie, ces jeunes militants socialistes ont passé la moitié de la nuit à recenser, bureau par bureau, les résultats envoyés par leurs observateurs qui avaient pu assister au dépouillement.

Et la tendance était nette: 55% de «non». Aussi, quand l’annonce officielle est tombée à la télévision, vers 4 heures, ils en sont restés bouche bée: 55% de «oui».

La cagnotte de 1,5 milliard du Sénat agace

J’attends le jour où seront pointé du doigt les salaires injustifiables des fonctionnaires divers et variés …
Autre lien

Les huit grandes familles qui contrôlent la Chine

Le Monde.fr : à la Une

Les huit grandes familles qui contrôlent la Chine.

Une accumulation de richesses liée à une multiplication de privilèges qui vont à l’encontre des objectifs originels de la révolution communiste. Ce n’était pourtant pas l’idée de départ : le pari des huit « Immortels » consistait à améliorer les conditions de vie de la population, pour éviter tout soulèvement qui aurait pu déstabiliser le parti. En plaçant leurs fils à la tête des nouveaux conglomérats publics dans les années 1980, les grandes familles chinoises ont sorti plus de 600 millions de personnes de la pauvreté, créé une classe moyenne, et placé l’économie chinoise au deuxième rang mondial. Mais ils ont aussi creusé les inégalités.

« Le parti communiste chinois est presque entièrement dirigé par ces huit personnes, qui ont établi leur légitimité comme dirigeants parce qu’elles étaient plus fortes que les autres, explique Barry Naughton, professeur d’économie chinoise à l’université de Californie de San Diego, cité dans l’enquête. Et maintenant, ils sont en train de perdre la main, parce qu’ils n’ont pas été capables de contrôler leur égoïsme et leur avidité ».

« Au Kivu, on viole et massacre dans le silence »

Le Monde.fr : à la Une

"Au Kivu, on viole et massacre dans le silence".

A l’est de la République démocratique du Congo (RDC), soit au coeur de l’Afrique, cette région est l’une des plus belles du monde. Autour d’un lac, des cultures montent en terrasses jusqu’au sommet des collines. Eau, soleil, terres fertiles, le Kivu aurait tout pour vivre heureux.

Hélas pour lui, son sous-sol regorge de matières premières. Principalement la cassitérite, un minerai dont on tire l’étain. Mais aussi le coltan, autre minerai recherché. Et bientôt le pétrole, qui vient d’être découvert. Attirées par ces richesses faciles, des bandes de mercenaires et de pillards de toutes sortes écument le territoire depuis des décennies et martyrisent les populations.

De temps en temps, des voix s’élèvent. De temps en temps, le calme revient. Et puis recommence le silence. Et reprennent les viols et les massacres. Pour tenter de limiter ces atrocités, l’ONU a envoyé sur place, en 1999, une force de paix qui compte aujourd’hui dix-sept mille soldats. Rappelons que ces dix-sept mille casques bleus y sont au nom de la communauté internationale, c’est-à-dire en notre nom.

Mais, faute d’application réelle de son mandat pour intervenir, ces dix-sept mille soldats regardent et constatent. L’horreur, ces derniers jours, a franchi un nouveau degré. Des escadrons, dont le groupe baptisé M23, font des incursions à Goma et sèment la terreur dans sa périphérie. Ils portent de beaux uniformes et brandissent des armes neuves.

D’où viennent-ils ? Ils ravagent et ils tuent. Et ils violent. Ils violent par centaines de milliers les femmes et les enfants pour terroriser la population. Ils violent pour détruire. Ils violent pour arracher à jamais les identités. Et les enfants qu’ils n’ont pas massacrés, ils les enrôlent de force.

Et, pendant ce temps-là, les dix-sept mille soldats de la Mission de l’ONU pour la stabilisation en RDC (Monusco) attendent une résolution du Conseil de sécurité qui leur permettrait d’agir. Connaissez-vous le Kivu ? Un drame s’y joue. En ce moment même. Avec déjà des millions de morts et d’autres millions de vies dévastées.

Un drame que la communauté internationale pourrait arrêter. A l’instant. Il lui suffirait de donner l’ordre aux dix-sept mille soldats de faire leur métier et de remplir leur mandat. Leur métier de soldat. Et leur mission de garantir la paix et la dignité de l’espèce humaine.

Plainte collective aux Etats-Unis contre les nouvelles règles d’Instagram

À la une – Google Actualités

Plainte collective aux Etats-Unis contre les nouvelles règles d’Instagram- Le Monde.

Ou comment perdre du temps et de l’énergie en choses inutiles … ‘Murica !

Peur sur le Web » OWNI

Peur sur le Web

Le “non” au traité européen qui devait tous nous sauver ? C’est la faute à Internet. La crise du disque dont l’industrie a refusé toute évolution ? C’est de la faute à Internet. La crise de la presse du Figaro ? C’est de la faute à Google. La crise économique ? C’est de la faute à Amazoggapple qui défiscalise (alors que, c’est bien connu, jamais une entreprise bien française comme Total n’aurait fait un truc pareil). Internet est d’origine américaine, donc il n’existe que pour nous dominer et nous détruire. Dont acte.
Allons plus loin : après tout personne n’est responsable d’Internet.

Et, donc, il ne peut pas se défendre. On peut tout lui mettre sur le dos.

Le terrorisme ? C’est de la faute à Internet.

La pédophilie ? C’est de la faute à Internet.

La violence ? C’est de la faute à Internet (et aux jeux vidéo).

La disparition des artistes ? C’est de la faute aux pirates de l’Internet.

La crise de la presse ? N’allez pas croire que les unes racoleuses de l’Express en soient la cause, ou que nos journalistes ne sachent plus quel marronnier sortir du feu, non : c’est de la faute à Internet bien sûr.

Le règne de la rumeur ? C’est Internet qui a inventé la rumeur, c’est bien connu.

La fin de la vie privée ? N’allez pas penser au traçage de vos déplacements via votre carte Navigo, au nombre écrasant de caméras de vidéosurveillance, aux puces RFID dans vos achats, au passeport biométrique et à tous ces petits détails. Non : la fin de la vie privée, c’est de la faute à Internet et puis c’est tout.

La faim dans le monde ? C’est de la faute au 4e opérateur de téléphonie mobile (ah non pardon je pique le texte de notre ministre du redressement productif à nous qu’on a).

%d blogueurs aiment cette page :